Azawakh-Oska

Azawakh-Oska

LA DIVERSITE DES TYPES CANINS DANS L'ESPACE SAHARIEN

 

 

 

 

 

A ce jour, la cynophilie mondiale a reconnu trois "races" de lévriers dans l'espace saharien : deux ayant une existence in situ très ancienne -le Pharaon hound et le lévrier de l'Azawakh- et une troisième dont l'origine serait asiatique, le Sloughi.

Mais sur le terrain, on rencontre une multiplicité de types, depuis la Mauritanie jusqu'à la Nubie. 


A la différence d'espèces sauvages comme les félidés et divers canidés (chacal, hyène, lycaon) tous les types de canins sont issus de la domestication.  Il n'existe pas d' "azawakhs sauvages" au sahel, contrairement à une fable qui a pu être colportée il y a quelques années.


Aussi, parmi les types rencontrés aujourd'hui, certains ont-ils été façonnés et entretenus par des sociétés d'éleveurs-chasseurs, c'est le cas du Sloughi et le l'Azawakh-Oska; alors que d'autres déclinent une large palette de modèles, au gré du soin et du goût de leurs éleveurs, mais aussi et surtout en fonction des saillies spontanées et non-contrôlées. 

Ce qui nous a donné sur la vaste étendue des longitudes du sahel un panel de morphologies et de couleurs très étendu. Pour l'heure, une seule race a été reconnue par la FCI, mais il serait possible que d'autres le soient dans l'avenir, si toutefois l'homogénéité d'un stock canin est établie, ce qui n'est pas évident; nous pensons ici à la situation de "l'Idi du Sahel".


Laissons à part le Sloughi; et examinons les traces de chiens gravées et peintes sur les parois rocheuses du Sahara par les populations qui s'y sont succédé. On peut caractériser deux types principaux : un animal levretté à oreilles tombantes, de grand format, et un modèle plus réduit à oreilles dressées, qui fait penser au Tesem des anciens Egyptiens. Quand on est mû par une fibre un brin cynophilique, on croit trouver là les ancêtres du Pharaon-hound (voire une parenté avec le Basenji...) et de l'Azawakh-Oska.

L'iconographie est abondante, depuis les reliefs et les peintures de l'épopée pharaonique jusqu'aux centaines de sites d'art pariétal dans tout le Sahara, et aussi jusqu'au Yémen.

 

La gravure ici reproduite montre les deux types associés, juxtaposés. Ce qui laisse supposer la simultanéité de leur existence. Et non pas leur succession, comme une certaine vision évolutionniste pouvait nous le laisser penser. La main qui a gravé ces profils est celle d'un éleveur avisé et fin observateur, puisqu'il a su différencier une femelle allaitante...et les deux portent un collier.

 

Contemplant ce tableau, on se trouve transporté dans le Tassili des Ajjer, où les deux types co-existent encore. C'est ce que Jean-Louis Grünheid et moi avons pu constater de nos yeux, en 1999-2000.

 

Surprise, donc : comment deux types canins aussi différents peuvent-ils cohabiter et se perpétuer, sans se diluer dans le croisement, le mixage ?  On peut supposer que c'est ici l'apport original de la culture des peuples pasteurs, qui ont le souci de guider et contrôler les espèces qu'ils ont domestiquées.

 

Cette co-exitence de plusieurs sociétés dans un même espace est analysée et illustrée par Jean-Loïc Le Quellec, l'éminent spécialiste actuel de l'art rupestre saharien. Contredisant ses prédecesseurs, M. Le Quellec affirme la cohabitation dans le Sahara néolithique de trois populations humaines différentes:

- des éleveurs-chasseurs noirs, maîtres de bovins, dont la parure et la gesture font penser aux Peuls de notre ère;

- des gens de type abyssin (éthiopien pourrait-on dire);

- et une population blanche, des proto-Berbères semblerait-il.

 

Pour Jean-Loïc Le Quellec, ces trois groupes et leurs cultures ont circulé sur le continent, d'est en ouest, tout en se maintenant dans leur diversité, même s'il apparaît une certaine hégémonie de la culture nilotique. Ce qui confirmerait en partie la théorie de Cheikh Anta Diop sur la "parenté entre les nations nègres et l'Egypte antique".



14/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres