Azawakh-Oska

Azawakh-Oska

LA DISCUSSION SUR L'AZAWAKH - OSKA AU SEIN DU CLUB DU SLOUGHI

Réponse de Guy Mazel à Max-Yves Brandily

 

 

CLUB DU LEVRIER TOUAREG OSKA Paris, le 16 mai 1974

________

 

Guy Mazel

 

 

à Max-Yves Brandily

 

vice-président du Club du Sloughi

 

 

Cher Monsieur,

 

 

Votre projet de réunir SLOUGHIS et OSKAS le 16 juin est très séduisant, et je vous remercie d'avoir envisagé d'en corriger, nous concernant, la forme d'invitation.

 

Concernant un examen comparatif de ces deux lévriers, il eut toutefois été souhaitable -je suis sûr que vous l'admettrez- que la commission d'étude comprenne, au départ, un représentant de l'OSKA berbère.

 

Cela dit, ce ne sont pas ces raisons qui nous empêchent de vous donner notre accord pour convoquer les propriétaires d' oskas par le canal de votre bulletin. En effet, nous devons, le 20 juin, présenter un lot de lévriers touaregs oskas à la commission des lévriers de la SCC, qui doit statuer sur leur sort administratif, et nous ne pouvons en si peu de jours disperser nos efforts.

 

Par ailleurs, le cheptel importé du Mali actuellement en Europe comprend quelques lévriers Akhami ramenés notamment du Gourma malien et voltaïque. En langue touarègue, le terme akhami désigne un métissage entre le lévrier (oska) et le chien générique (idi). Or une invitation générale ne pourrait amener leurs propiétaires à distinguer l'Oska de l'Akhami, risquant ainsi d'aboutir à des observations peu significatives voire confuses.

 

Nous serons donc présents à titre individuel à votre sympathique rendez-vous.

 

J'ai d'ailleurs pris à ce sujet, sur le conseil de M. Pérignon, contact avec le Dr Hervé, qui m 'a confirmé qu'il procéderait à des prélèvements sanguins sur les sloughis, dans un but d'étude hémobiologique. Toutefois, en l'état actuel des connaissances scientifiques, il n'est pas possible, m'a-t-il précisé, confirmant en cela ce que nous avait appris le docteur Roussel, de procéder à une étude d'hémotypologie comparative. C'est-à-dire que ces examens ne permettront pas d'établir le degré de parenté génétique existant entre le Sloughi arabe et l'Oska berbère. Par contre, l'étude morphologique à partir de photos devrait inaugurer une approche sérieuse du problème. J'y suis personnellement d'autant plus sensible que j'avais demandé à plusieurs reprises, en vain, de ne pas créer une situation irréversible avant tout examen sérieux de cette question.

 

Renouvelant l'entière confiance que nous avons en votre intégrité intellectuelle, je vous assure de mes sentiments les meilleurs.

 

Pour le bureau du Club du Lévrier Touareg Oska (Parigi - Coppé – Roussel)

 

Guy Mazel

 

 

 

 

 

 



16/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres