Azawakh-Oska

Azawakh-Oska

EXTRAITS DE CORRESPONDANCE AVEC LES PIONNIERS - F.Roussel

 

François Roussel -  (6 nov. 72)  Sur la pigmentation.

 

 

 

« Les divers caractères de coloration de la robe des chiens sont déterminés par différents gènes. En ce qui concerne le cas particulier des balzanes et des listes en tête, d'ailleurs accompagnées d'autres zones blanches (poitrail, cou ou nuque, extrémité de la queue), c'est un locus particulier (site précis sur un chromosome) qui est responsable de l'étendue et de la répartition des plages non pigmentées se traduisant par l'aspect blanc du pelage. Ceci s'explique embryologiquement par la non-migration vers certaines parties de la peau de cellules-souches spéciales se transformant normalement en mélanocytes (cellules chargées de différents pigments que sont les mélanines).

 

Le locus qui nous intéresse est appelé locus «S» avec un gène pouvant exister sous la forme de quatre allèles différents (quatre états différents correspondant chacun à la production de caractères particuliers). On les appelle: S – S.i – S.p – S.w.

1- S (self): pigmentation complète, à l'exception de très rares poils blancs

2- S.i (irish spotting) : tâches blanches (balzanes, liste, plastron...)

3- S.p (piebald spotting) : robe pie

4- S.w (extreme white piebald) : présence de quelques très rares zones pigmentées.

 

Cependant ce gène S.i ne s'exprime pas toujours pleinement. D'autres gènes dits modificateurs sont susceptibles de minorer ou de majorer l'étendue de ces zones. (…)

 

(…) Le mécanisme d'extension des tâches blanches n'a rien à voir :

1- avec le mécanisme de dilution des couleurs, lequel dépend d'un autre locus : le locus D, avec un couple d'allèles D et d, D étant dominant sur d.  Conséquence pratique : D étant la réalisation pigmentation intense, tout reproducteur même hétérozygote avec D peut marquer une descendance de sa pigmentation dans 50% des cas.

2- avec le ladre, lequel concerne les parties glabres.

 

(…) D'autre part, une sélection bien menée permet de fixer la limite de hauteur des balzanes si l'on arrive à avoir des individus homozygotes S.i – S.i.  Et même s'il n'en est pas ainsi, S.p et S.w étant récessifs par rapport à S.i; donc le phénotype pie n'apparaitra que très rarement, une fois sur quatre dans les cas les plus défavorables. (…)

 

(…) Il faudrait donc être absolument catégorique en ce qui concerne la robe pie, la rejeter formellement, puisque, vous le voyez, l'apparition d'une robe pie prouve le caractère S.p marqué deux fois, donc réinjecté deux fois plus souvent dans la descendance.

 

Une hypothèse très personnelle : S.w est caractérisé par de très rares poils sombres , le plus souvent situés dans la région du masque; les individus représentant ce caractère sont donc eux aussi des homozygotes rares, qui seraient représentés par les quelques sloughis blancs, lesquels, si j'en crois le standard du bulletin n°1, sont admis bien que peu désirables, alors que génétiquement ils représentent l'évolution terminale de la robe pie !!  Laquelle est à juste titre proscrite puisqu'elle n'a jamais été, à ma connaissance, reconnue par les autochtones.(...)

 

L'étude historique et ethnologique que vous m'avez proposée et que j'ai fait lire à mon beau-père (archéologue -NDLR) sont très intéressantes. Je crois qu'il est préférable d'extrapoler un peu parfois, quitte à revenir ensuite, plutôt que de se cantonner dans la classique banalité du genre « l'origine de ce chien se perd dans la nuit des temps » !  De toutes façons, je sais que ce sont des hypothèses, donc sujettes à remaniements.

 

A ce propos je vous communique ce que mon beau-père et moi-même avons pensé à ce sujet.

Les régions sahariennes et péri-sahariennes ont connu un peuplement néolithique infiniment plus ancien qu'on ne le supposait jusqu'à ces dernières années; ces régions n'étaient pas le creuset où venaient  se fondre des peuplades expulsées par des conquérants, mais plutôt où existait une population autochtone issue du paléolithique finissant.

Il en est certainement de même pour le chien, animal domestique pour lequel il serait abusif de chercher les origines au moyen orient.

Comme par ailleurs, malgré les courants qui ont pu la traverser, l'Afrique de l'ouest a été une région relativement imperméable qui n'a connu comme invasion importante que celle des Arabes, il est fort probable que les chiens actuels soient dans l'ensemble des descendants directs du vieux stock canin néolithique.  S'il est une région dans le monde où l'espèce canine s'est perpétuée assez semblable à elle-même, c'est bien là qu'on peut la trouver. Ceci est d'autant plus vrai que les conditions climatiques, et géographiques dans un sens large, ont dû contribuer au maintien de la race par « reproduction en vase clos ». Il ne faut pas perdre de vue que pour beaucoup de régions d'Afrique le mode de vie du siècle dernier, et même parfois encore de nos jours, est exactement le même qu'il y a 6000 ans; les gravures rupestres sont là pour en témoigner.

 

Autre point : si l'on sort du strict cadre actuel pour repenser aux grandes lois de l'évolution des animaux, comment notre lévrier est arrivé ainsi ?

Au départ c'est un carnivore sur lequel le milieu extérieur a imposé une sélection naturelle pour sa survie -l'aptitude à la course-  puisque les herbivores sahariens sont très rapides.

Or tout animal qui veut augmenter sa vitesse de pointe subit invariablement pour la réalisation de ses grandes fonctions des modifications anatomiques allant toujours dans le même sens. Les plus frappantes sont: pour la locomotion l'allongement des rayons osseux des membres, pour la respiration l'augmentation de la capacité pulmonaire compatible avec l'aérodynamisme, la silhouette  à la poitrine profonde, l'aspect levretté.(...)

 

(…) Tous les stocks canins, anciens et actuels, ont fait l'objet d'une sélection affirmant l'adaptation performante à la course et à la chasse, en y alliant des critères de beauté (robe, port des oreilles, de la queue) qui relèvent des traits culturels des sociétés qui les détiennent. »

 

 

 

 

 

 




11/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres